Débordé ou débordant

Un jeune pasteur, la voix triste, déclara un dimanche matin à sa congrégation : "Je ne suis plus un berger, mais un esclave. Je suis débordé par le travail de mon ministère". Jamais le Seigneur n'a voulu que ses serviteurs soient dépassés par les événements en devenant esclaves de leurs fonctions. Il ne veut pas qu'ils soient débordés, mais débordants.
"Le dernier jour, le grand jour de la fête, Jésus, se tenant debout, sécria : Si quelqu'un a soif, qu'il vienne à moi, et qu'il boive. Celui qui croit en moi, des fleuves d'eau vive couleront de son sein, comme dit l'Écriture." (Jean : 7 / 37-38).

Application :
Nous laissons si facilement les pressions de la vie, le travail, les préoccupations nous submerger au point que notre vie devient terne et notre ministère inefficace. Comment retrouver ces fleuves d'eau vive ? En suivant le conseil de Jésus : "Venez à l'écart dans un lieu désert..." (Marc : 6 / 31). Et là, dans l'intimité de Dieu, notre vie spirituelle refleurira, notre vision se clarifiera et notre ministère s'affermira